«La première fois que j’en ai pris mon coeur s’est emballé»

dopage amateur


Anabolisants, stimulants ou encore brûleurs de graisse ont longtemps été réservés à une certaine élite. Il est désormais facile de s’en procurer, que l’on soit sportif du dimanche ou pratiquant régulier. Mordu de musculation, Kilian se dope de temps en temps pour améliorer ses performances et sécher rapidement avant l’été. On est allé à sa rencontre pour tenter de comprendre l’ampleur du dopage dans le sport amateur.

Inutile de chercher longtemps. En ligne, ceux qui veulent se procurer des produits dopants peuvent le faire en quelques clics. À condition que le colis franchisse ensuite les contrôles douaniers et antidopages. En Europe, plus de 10% des sportifs amateurs prendraient des médicaments sans ordonnance pour améliorer leurs performances. En Suisse, l’Administration fédérale des douanes (AFD) a intercepté plus de 9000 envois de médicaments et produits dopants en 2019, soit plus du double par rapport à l’année précédente. Outre le domaine du sport, ces importations illégales, qui proviennent majoritairement d'Inde et d'Europe de l’Est, comprennent aussi des produits visant à stimuler les performances sexuelles. Concernant le sport, le très fort développement de la musculation et l’explosion du nombre de salles semblent aller de pair avec la démocratisation du dopage. Kilian, 28 ans, s’est mis à la muscu il y a cinq ans. Il nous explique ouvertement ce qu’il consomme pour repousser ses limites.

Provisori : Parle-nous du produit que tu prends en ce moment. Kilian : Je prends du clenbutérol, un produit qui aide à perdre de la masse grasse. À la base c’est un médicament pour chevaux, utilisé pour soigner l’asthme. Pas mal de monde en prend dans le milieu de la muscu pour sécher plus rapidement. Pour ma part c’est la seule substance que je m’autorise à prendre. Je ne touche pas aux anabolisants ou aux autres produits qui facilitent la prise de masse musculaire et dérèglent l’organisme. C’est la limite que je me suis toujours fixée. Quels effets observes-tu par rapport au clenbutérol ? Si on suit bien la posologie on perd vite du gras, c’est vraiment efficace. Au début on sent aussi un gain d’énergie important. On peut enchaîner des grosses sessions d’entraînement sans se fatiguer. Après il y a quand même des effets secondaires auxquels il faut faire attention. Comme quoi ? Chez beaucoup de personnes, le clenbutérol provoque des bouffées de chaleur. Ta température corporelle augmente, tu le sens très vite au début. Il y a aussi les palpitations et des tremblements. Même quand tu ne fais rien tes pulsations cardiaques sont à fond. La première fois que j’en ai pris mon coeur s’est emballé, c’était assez flippant. Ça provoque aussi des crampes très souvent. Alors que j’en ai presque jamais quand je prends pas le produit. Y a aussi l’insomnie, selon l’heure à laquelle tu le prends. Enfin, et c’est l’effet secondaire qui me déplaît le plus, il y a le changement d’humeur. Ça a tendance à te mettre à cran et tu t’énerves facilement pour un rien. Tous ces effets ne te font pas peur ? Pas spécialement. Car dès que tu arrêtes d’en prendre ils s’arrêtent. J’ai pas l’impression que ça me fasse du mal sur le long terme. J’en prends seulement de temps en temps, et à petite dose. En plus dès que tu en prends trop ton corps n’y réagit plus, comme s’il y avait très vite une accoutumance. Donc je me limite à des doses très légères. Et comme je l’ai dit, ce n’est pas une substance anabolisante. Je ne risque pas de dérégler mon organisme comme avec des produits plus violents. Dans ce sens je ne vois pas vraiment le clenbutérol comme un produit dopant. Mais il est classifié comme tel ? Oui. En tou cas en Suisse et dans certains autres pays. Mais pas partout. Comment tu te le procures ? Les premières fois directement sur internet. Mais mon colis a été arrêté à plusieurs reprises. J’ai reçu une amende de 400 francs d’Antidoping Suisse et le produit a été détruit. Du coup maintenant je passe par un pote. Et ton pote il se le procure où ? Ou auprès de qui ? Il est en contact avec un dealer qui vend spécifiquement des produits dopants. Je ne l’ai jamais vu. Donc je suis uniquement en contact avec mon pote qui fait office d’intermédiaire. C’est facile d’en trouver ? Oui. Dans le milieu du sport, et de la muscu en particulier, c’est plutôt accessible je dirais. Combien ça coûte ? 100 francs pour une boite d’environ 50 gélules. Et tu arrives à voir la provenance sur la boîte ? La dernière que j’ai achetée vient d’Inde. La première, qui m’avait provoqué des grosses palpitations, venait de Malaisie. J’imagine qu’ils dosent leurs gélules à fond. Si tu prends du clenbutérol c’est plus pour améliorer tes performances ou pour des questions esthétiques ? Les deux. J’ai de la peine à sécher comme je le voudrais, même en faisant super gaffe à la diète. Et l’énergie que ça te donne t’aide aussi à te dépasser à l’entraînement. Dans ton entourage, par exemple au sein de ta famille, les gens savent que tu prends ça ? Oui, j’en parle plutôt ouvertement. Je leur ai expliqué ce que c’était et que ça restait vraiment léger. Dans le milieu su sport aussi on en parle facilement. J’évite quand même de le crier sur les toits parce que ça peut vite être connoté négativement. — Attention : la prise de médicaments sans ordonnance ni avis médical est dangereuse et déconseillée. Provisori ne minimise en aucun cas les dangers liés à la prise de substances dopantes et nous ne pouvons que conseiller de demander conseil à votre médecin pour toute question liée.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez:

Commentaires